FINA NIOUZE

Publié le par Finamar

La teneur de cette article m'a été communiquée par mon ami André Cordier, ancien Officier Radio chez Fina France.

Vous pouvez consulter son propre site en cliquant ici   12310044607jrYqN

 

                                  -:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-

FINA NIOUZE


Les dessins de ces pages sont de Hervé Santelli (sauf celui de la page 14)


Après le départ du Fina Britannia, livré aux démolisseurs, le « Fina Norvège » est passé sous pavillon Français (pavillon Belge précédemment, il a conservé son nom).

Ce navire était stationnaire à Luanda (capitale de l'Angola).

Il allait charger à Soyo (à la  sortie du fleuve Zaîre) et alimentait la raffinerie de Luanda  (Pétrangol)


Avec le premier lieutenant, on éditait un petit journal dont le titre était ‘’Fina Niouze’’,
J’en ai retrouvé et scanné quelques exemplaires.


Le « André » dont il est question page suivante n’a rien à voir avec moi, c’était un Zaïrois francophone qui assurait la liaison entre la terre et le bord et qui était toujours présent lorsqu’on l’appelait sur la voie 16.

 

fn.jpg

 

                                      §§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§

fn1.jpg

Fin Août 1983, reçu de l’armement, le télégramme suivant :
A Luanda, en Angola,
Tu iras,
Sur le Fina Norvège
C’est un ordre du siège !
Ce n’est pas un navire, c’est un petit palais,
Pourtant, tu n’iras pas pour te faire Angolais.
André, au terminal, bien calé sur sa chaise,
Veille le canal seize.
Si tu as un problème, que tu n’oses m’avouer,
Appelle, appelle : »André »…… 

 

                                                                                             -:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-

 

fn2.jpg

Quand, de tout chargement, les citernes vidées,
Tu penseras à prendre, un repos bien gagné ;
Fina Marine Soyo
Préviendra le Radio.
Il te faudra partir,
Affronter sans faiblir
Douze longues heures de route,
Après mille dangers, il te faut arriver, à Soyo, coûte que coûte….

             --:-:-:-:-:-:-:-:-    

fn3.jpg

 

…Une fois à Soyo,
Il te faudra, c’est sûr, bien charger le bateau.
Qu’importe le roulis, qu’importe le tangage,
Puisque combinaisons et chaussures de travail
Rempliront tes bagages,
Ainsi que les valises de Jim la pagaille.
Toujours sur le gaillard, surveille les amarres.
C’est tout pour le moment, c’est signé FINAMAR .

 

 -:-:-:-:-:-:-:-:-:-

fn4.jpg

                                                                                             -:-:-:-:-:-:-:-:-:-

 

fn5.jpg

Note :
Sur le Fina Norvège, comme sur tous les navires évoluant en dehors des eaux territoriales, une
« cave », gérée par le maître d’hôtel, permettait à tous les membres de l’équipage de
s’approvisionner à des prix détaxés en cigarettes, alcools et produits divers comme eaux de
toilette, after shave etc. etc. Nous étions depuis fort longtemps abonnés aux eaux de cologne
« Roger Gallet », mais notre nouveau maître d’hôtel prit l’initiative tout à fait louable de
diversifier les produits proposés, ainsi apparût l’after shave « Balâfre », ce qui bien sûr
n’échappa point à notre dessinateur.
Voir page suivante le résultat de cette initiative…..

 

-:-:-:-:-:-:-:-

fn6.jpg-:-:-:-:-:-:-:-:-:- 


En octobre 1983, le souci de notre boulanger répondant au surnom de « la cabane », était
d’améliorer l’isolation thermique de son four, il cherchait donc un peu partout des briques qui
eussent pu l’aider dans cette entreprise, d’où le dessin ci dessous.

fn7.jpg

-:-:-:-:-:-:-:-


Si le boulanger avait des soucis, c’était aussi le cas du garçon de carré qui dans le matériel de
suite laissé par nos amis Belges, cherchait vainement un moulin à café efficace et si possible
électrique afin d'économiser sa peine...!fn8.jpg 

-:-:-:-:-:-:-:-

 


Tout arrive heureusement, après deux mois de bord, vient l’heure de la relève. Comme il y a
trois bordées, un tiers de l’équipage reste à bord. Ou plutôt ne débarque pas, cela n’empêche 

pas d’aller faire un petit tour à terre, d’où la question du nouveau Commandant (qui se
reconnaîtra) interrogeant son prédécesseur (qui va débarquer dans quelques heures) et qui se
reconnaîtra sans doute aussi. Quant au but de la visite, ceux qui ont connu Luanda savent qu’il
ne peut s’agir que d’une plaisanterie !

fn9.jpg

 

-:-:-:-:-:-:-:-

 

Entre Luanda et Soyo, la vitesse du Fina Norvège était d’environ 11 noeuds, ce n’est pas très
rapide, toutefois, la plupart des mâchoires des poissons que nous tentions d’attraper ne
résistaient pas à la tension imposée à la ligne par la sus dite vitesse. D’où la fameuse
invention de Pierre Yves Loudoux (lieutenant), illustrée ci dessous.

 

fn10.jpg

La légende dit ceci :
Compte tenu de la vitesse de rotation du Fina Norvège, mise au point d’une nouvelle
technique de pêche par Pierre Yves Loudoux
LA PECHE A L’ELASTIQUE

 

-:-:-:-:-:-:-:-:

 

Petits travaux à bord !
Ils paraissent peut être dérisoires comparés à certains autres dont dépendent la bonne marche
du navire, ils ne peuvent néanmoins être tenus pour négligeables. Ceux qui ont navigué le
comprendront certainement. Il fallait avoir l’esprit tordu des rédacteurs de Fina Niouze pour
oser s’en moquer.
Traduction

fn11.jpg

Traduction de la phrase ci dessus faussement attribuée à Shakespeare :
L’odeur qui se dégageait aurait certainement mieux fait fonctionner une voiture que de
l’essence !

 

-:-:-:-:-:-:-:-:-:-

 

Aidé de son adjoint de quart, Mr Denoual, le lieutenant Yvon Caous s’est beaucoup intéressé
à la remise en état du you you, ceci pour la plus grande satisfaction des membres de
l’équipage qui l’empruntaient souvent pour se rendre à terre. La vitesse du you you étant bien
supérieure à celle des poussives baleinières. Toutefois l’ingratitude étant le défaut principal du
dessinateur de Fina Niouze, celui ci n’a pas hésité une seule seconde à tourner en dérision les
méritants travaux de MM Caous et Denoual.

 

fn12.jpg


13 Septembre 1983
Le problème suivant a été soumis à la sagacité de MM Caous et Denoual :
Si une hélice de 20 cms de diamètre fait avancer un you-you à 10 nds, est-il exact qu’une
hélice de 30 cms ferait avancer ce même you-you à 15 nds et ainsi de suite. Sceptiques et
pragmatiques, MM Caous et Denoual ont préféré faire un essai en vraie grandeur.

 

-:-:-:-:-:-:-:-

 


Septembre 1983 : la STAPEM, société Française basée à Luanda et employant des
plongeurs, ce qui implique des relèves assez fréquentes propose d’acheminer le courrier
du Fina Norvège destiné à la France. Cela, bien sûr a inspiré les rédacteurs de Fina Niouze

 

fn13.jpg

-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-

 

Fort de l’expérience acquise lors des essais du you-you, le lieutenant Caous imagine une autre
application pour le moteur hors bord qui pourrait résoudre les problèmes du garçon de carré.

 

fn14.jpg

 

La légende dit ceci :
Mercury Marine présente aux grands restaurateurs son moulin à café pour collectivités.

 

-:-:-:-:-:-:-:-:-

 

Le système pileux impressionnant de notre électricien ne pouvait manquer d’inspirer le
dessinateur de Fina Niouze. Heureusement pour lui (et pour moi), notre électricien avait très
bon caractère.

fn15.jpg

-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-

 


Les moustiques sévissant à Luanda nous obligeaient (du moins au début) à prendre
régulièrement des cachets de Nivaquine. Certains se plaignaient d’effets secondaires
indésirables qui n’ont cependant rien à voir avec ceux décrits ci dessous, ces derniers effets ne
provenant que de l’imagination sans limite des rédacteurs.

fn16.jpg

 

-:-:-:-:-:-:-:-:-:-

 

Enfin, jour J-1, demain la relève arrive, pas de problème pour trouver la sortie.
Oubliés les soucis.
Vive les congés
Comme dit mon copain René.

fn17.jpg

T’en fais pas, flèche ou pas flèche, demain on trouvera bien la sortie.
Et on arrivera tous sur le quai en flèche !

Publié dans Divers

Commenter cet article