Jean François LE FRIEC (il a vu la mort de près)

Publié le par Finamar

  

 

Photo 007

(cliquer pour agrandir)  12310044607jrYqN

 

Souvenez-vous de Jean François Le Friec, fils de François couramment appelé Fanch.

Son frère Dominique a également navigué chez Fina France.


Jean François a navigué comme novice puis comme matelot, vous avez sans aucun doute le souvenir d’un garçon chaleureux dont la gaité faisait plaisir à voir.


Lors de la première vague de licenciement, suite à la réduction de flotte, Jean François fut licencié en 1982.

En 1984 il est embauché par la Société de remorqueurs de port: Sté Remorquage Louis Thomas

Le vendredi 26 août 2005, après avoir assuré le départ du pétrolier « TORM GOTLAND » de Port Jérôme, appontement Mobile 40 à 13h30, le remorqueur « Capitaine Jean Thomas » fait route à 14h25 vers la zone de St Léonard pour passer une remorque par le chaumard arrière milieu au navire gazier « SWEET DREAM » (pavillon Bahamas).

Ce navire est en mouvement  du bassin Jupiter de Rouen pour Esso 1 Port Jérôme.

Après s’être positionné le long du poste, le pilote a demandé au remorqueur de se présenter pour être largué (14h50).

L’équipage du « Sweet Dream », a largué la remorque en polypropylène, avec sa verrine coulante de 20 m  à l’eau sans l’assurer, sous l’effet du flot et de la remise en avant de la machine du « Sweet Dream », la remorque a engagé l’hélice du remorquer, se raidissant immédiatement, entrainant la chute par-dessus bord de Jean François Le Friec, qui était en train de virer cette remorque.

Jean François emmêlé dans la remorque est entrainé vers l’hélice du remorqueur, dont le moteur entrainant une hélice à pas variable était en service.

L’issue de cet accident semblait inéluctable.

Jean François se rappelle d’entendre le bruit de l’hélice qui se rapprochait, jusqu’à ce que sa jambe vienne heurter la tuyère de l’hélice.

Sa dernière heure, ou plutôt sa dernière minute semblait arrivée, et suivant une expression communément employée, les évènements importants de sa vie ont défilé en l’espace de quelques secondes.

La remorque s’enroulant autour de l’hélice a brusquement bloqué l’appareil propulsif.

Miracle ? Certes !

Dans le même temps, la remorque n’étant plus sous tension, a libéré le corps de Jean François, qui entrainé par le courant est apparu à la surface hors de vue du remorqueur.

Par chance les lamaneurs aperçurent « un truc bleu » qui flottait au milieu de divers détritus.

Jean François inconscient dérivait la tête dans l’eau.

Après lui avoir passé une bouée couronne autour du corps, les lamaneurs l’ont trainé sur le dos jusqu’à l’appontement rive droite.

Jean François a été dirigé par les pompiers sur l’Hôpital de Lillebonne où il est resté en observation pendant 4 ou cinq jours.

De 16h30 à 18h00 les plongeurs de la SERMAR sont intervenus pour dégager l’hélice du remorqueur.

Outre le traumatisme psychologique subi, Jean François a été blessé au niveau de l’épaule droite.

Cette blessure l’a rendu inapte à la navigation, après passage devant la commission, Jean François a pris sa retraite et réside dans son village natal, à L’Armorizel/Plouézec.

Aujourd’hui il sillonne la baie de Paimpol, traquant le maquereau, le bar ou autre chinchard, ne négligeant pas les crustacés tel que le homard venant lui rendre visite dans ses casiers.

Ne souhaitant pas rester inactif, au début de sa retraite, il a mis sur pied avec des élus communaux, une opération originale, visant à promouvoir le tourisme dans la région de Paimpol.

L’idée était  d’inviter des navires de croisière à faire escale dans la baie, et à partir de ce mouillage d’organiser une visite guidée de la région.

La première expérience fut couronnée de succès, mais pour diverses raisons n’a pas été reconduite.

Jean François ne désespère pas de relancer son idée, il essaie de renouer des contacts.

Nous lui souhaitons bonne chance dans cette nouvelle aventure.

 

Publié dans Evènements de mer

Commenter cet article